accueil

Collection de Jean-Baptiste Franceschini-Pietri

Accueil / Les actualités / Les dernières acquisitions / Collection de Jean-Baptiste Franceschini-Pietri

Second Empire

LE MUSÉE DE LA CORSE porte une attention particulière, dans le cadre de ses recherches et de sa politique d’acquisitions, aux personnages et aux familles qui illustrent la pluralité de la société corse. Aussi, il a participé à une vente aux enchères spécifiquement dédiée à la collection réunie par Jean-Baptiste Franceschini-Pietri. Plusieurs effets personnels du secrétaire particulier de Napoléon III ont ainsi intégré les collections du musée, illustrant son dévouement auprès de la Famille Impériale.


LUMIÈRE SUR…

Jean-Baptiste Franceschini Pietri, dit Tittu, l’un des plus fidèles collaborateurs de l’Empereur Napoléon III, est aujourd’hui encore peu connu même s’il fut l’un des personnages politiques importants du Second Empire.

Appartenant au partitu Pietri, clan bonapartiste de Corse-du-Sud, héritier d’une famille d’hommes politiques locaux influants, il entre en 1855 au Cabinet de l’Empereur, sur recommandation. Nommé en 1864 secrétaire particulier de Napoléon III, il ne le quittera plus pour les vingt années à venir. Confident de l’Empereur, auditeur au Conseil d’Etat, il l’accompagne lors de la campagne d’Italie, puis dans la guerre franco-prussienne. Il le suit volontairement en captivité en Allemagne, puis en exil en Angleterre. Après la disparition de l’Empereur, il poursuit sa mission avec une fidélité et un dévouement sans faille auprès du Prince Impérial et de l’Impératrice jusqu’à sa mort en 1915. Il demandera à être inhumé auprès de l’Empereur et de son fils, et repose aujourd’hui à l’entrée de la crypte impériale.

Ainsi il a rassemblé, pour les transmettre à la postérité, un exceptionnel ensemble d’objets, costumes, mobiliers, tableaux, bronzes, médailles et documents qui portent tous témoignages de sa présence continue au cœur du Second Empire. Ces souvenirs de la Famille Impériale avaient été réunis dans la maison Pietri de l’Île Rousse, demeure édifiée à cet effet.



Version imprimableVersion imprimable
Export PDF Export PDF