Don du Professeur Michel Vergé-Franceschi

Deux aquarelles de René Burlet (1925-2017), peintre de marine

- La felouque corsaire Santissima Concessione au Patron

Teramo Terami, 1731-1822

1999

Acquarelle

70 x 90 cm

Inv : 2019.4.1


- Pinque La Conception et saint Roch 1789-1794 – Patron Andrea Terami 1772-1836 – du port de Macinaggio Cap Corse

1980

Aquarelle

70 x 90 cm

Inv : 2019.4.2

Teramo Terami (Rogliano, 1er décembre 1731 – Id. 5 janvier 1822), corsaire Cap-corsin de la marine de guerre de Pascal Paoli.

Andrea Terami (Rogliano, 1772-1836), fils de Teramo Terami

Ces deux aquarelles ont été présentées dans l’exposition temporaire du Museu di a Corsica du 01 août 2018 au 31 août 2019, « E figure di a Corsica – Symboles, emblèmes et allégories ». Elles ont été exposées dans la section Regalia pour évoquer la création en 1761 d’une Marine nationale par Pascal Paoli.

La Marine nationale :

A la consulte de Casinca du 20 mai 1760, il est décidé de créer une marine de course et marchande afin de mener la guerre sur mer, de rompre l'isolement économique causé par le blocus génois et de commercer avec d'autres nations. Composée de bâtiments particuliers et nationaux, la flotte ne dépasse pas quinze navires : felouques, felucone, scampavia, chebecs, galères, demi-galères, galiotes.

La délivrance d'un passeport permet à tout patron insulaire ou étranger d'armer un bateau pour la course et d'arborer le pavillon blanc à tête de Maure qui donne à la jeune nation une légitimité et une reconnaissance internationale.

"Depuis que notre bannière s'est montrée dans les ports, le crédit de la nation a beaucoup augmenté" dit Pascal Paoli en 1761. Il développe le port de l'Île-Rousse et crée des chantiers navals à Centuri et Farinole. En dépit de sa faiblesse numérique, la flotte corse a joué un rôle actif dans le soulèvement contre Gênes.

Marie-Eugénie Poli-Mordoconi

© CDC, musée de la Corse/P. Pierangeli



Version imprimableVersion imprimable
Export PDF Export PDF