accueil

La bergerie de Milisaria

En 1973, le père Louis Doazan réalise à la demande du musée national des Arts et Traditions populaires une enquête sur les derniers bergers chevriers qui transhument encore entre la » Balagne déserte » (Filosorma et Marzulinu) et le Niolu.

Salle la bergerie de Milisaria© Musée de la Corse, Corte Clichés : Philippe Jambert

Conscient des mutations que connaît cette profession, il décrit minutieusement les pratiques pastorales et particulièrement une bergerie, celle de Milisaria Acquaviva à Amago. L’outillage et les objets présentés dans une scénographie très épurée témoignent aussi bien des changements en cours que de la capacité d’adaptation des bergers à de nouveaux matériaux pour des usages identiques.

Salle la bergerie de Milisaria© Musée de la Corse, Corte Clichés : Philippe Jambert


Version imprimableVersion imprimable
Export PDF Export PDF