U sognu, u spechju, a bandera


du 01 août 2018 au 31 août 2019



Una mostra futugrafica di Antoine Giacomoni

Une exposition photographique d’Antoine Giacomoni



Scénographie:

Conception scénographique CREAB DESIGN

Chef de projet - designer HERVE AMIEL en collaboration avec JEAN-MARC BLANC scénographe - production exécutive

Réalisation :

Pose et dépose : société ESPACES

Appareillage, électricité et éclairage : société EDC

Fabrication structure métallique : société COMEC

Tirages argentiques : Denis Stass-Mandrakimage

Tirages numériques grands formats : : Imprimerie Pasqualini

Textes :Antoine Giacomoni


« U sognu, u spechju, a bandera», tel un autoportrait troublant dans l’espace merveilleux de son miroir magique, Antoine Giacomoni, l’un des plus emblématiques artistes corses, séduit et fascine…

Et notre âme est touchée par sa dimension mystique et par l’intense émotion que dégage cette installation consacrée à l’iconique tête coupée du drapeau corse, où modernité absolue, intemporalité, et noir et blanc des origines se confondent.

Outre son indéniable qualité esthétique et artistique, ce maître du noir et blanc argentique se révèle aussi en tant qu’auteur où, comme dans ses portraits aux yeux constellés de carrés de lumière – véritable marque de fabrique – ses mises en abîme vertigineuses ne se départissent jamais de leur part d’enfance et d’innocence.

Antoine Giacomoni reste persuadé qu’il a choisi le plus beau métier du monde ou du moins celui qui lui convenait le mieux : PHOTOGRAPHE [du grec photo = lumière et graphe = écrire] : ECRIRE AVEC LA LUMIERE, écrire qu’au demeurant, une île reste vulnérable et fragile.


BIOGRAPHIE d’Antoine Giacomoni

Né le 16 Avril 1955 à Borgo (Haute-Corse). Vit et travaille en Corse. Elevé dans une bergerie par sa grand-mère, il découvre la grande ville, BASTIA et la langue française à l’âge de six ans. Quatorze ans plus tard son bac en poche il quitte pour la première fois son île à bord d’un avion qui le dépose à PARIS. Cela fait deux ans qu’il a découvert la boîte magique connue sous le nom d’appareil photographique. Inscrit en Arts Plastiques à la Sorbonne il y reste deux ans.

En 1977, la vague PUNK lui fait traverser la Manche. Définitivement accroché à son boitier et à ses objectifs, le jeune nihiliste commence à voyager. Désormais la musique devient le fil rouge de ses errances photographiques. Et, de la révolte urbaine punk à la spiritualité rasta, il n’y a qu’un pas. D’une île à l’autre. En Jamaïque, Antoine Giacomoni devient photographe professionnel : premiers reportages. De retour à la vieille Europe, la technique enfin maitrisée, le jeune photographe se met à rêver à d’autres univers. Il veut passer à travers le miroir. Alliant le minimalisme (un simple miroir cerné d’ampoules électriques) au glamour de l’âge d’or Hollywoodien (chacun devient une star dans ce miroir aux mille feux). Le Mirror Concept s’impose comme le double du Corse exilé. NICO qui chantait I’ll be your mirror au sein du Velvet Underground, est la première invitée du miroir. Le miroir et son propriétaire s’installent à Londres en 1980 – les « Mirror’s sessions » vont s’enchainer durant trois ans.

En 1983 retour de l’enfant prodigue sur le continent. A la galerie des Lombards (Paris) une exposition indéfiniment prolongée le consacre Wonderboy de la photo rock. Un an plus tard il rentre à l’agence GAMMA puis redevient free-lance.

En 1986 il reçoit le TOTEM du BATACLAN décerné par France 3 Télévision pour son invention du MIRROR CONCEPT.

En 1991 Antoine Giacomoni publie aux Editions La Sirène son premier ouvrage Portraits à travers le miroir, fruit d’une décennie Mirrors sessions consacrées à des stars internationales. Dès lors il entreprend un long travail consacré à son île natale La Corse à travers le miroir/A CORSICA franchendu ù specchiu (La marge édition 2002).

Trois autres livres suivent aux éditions Horizon Illimité :

- Nico, ou le Drame de l’exil (2003)

- Daho par GIACOMONI, the mirror sessions parties et Reggae/Jamaïca (2004).

- Il publie en 2007 une série intitulée Les Catalans à travers le miroir, EL Catalans à traves del mirall aux Editions Trabucaire (2007)

• Il s’intéresse aux autres îles de la méditerranée notamment à la Sicile, Malte, La Sardaigne.

• Malgré un très lourd handicap visuel, lui rendant impossible toute prise de vue nouvelle, il se consacre à l’écriture et à la création d’un tarot, mêlant dessins et symboles dont un aspect ludique de cette œuvre graphique originale « L’ALPHABET MAGIQUE D’ANTOINE GIACOMONI », paraîtra aux éditions COLONNA. Entre autres publications d’ouvrages strictement photographiques retraçant sa carrière internationale, on retiendra le très attendu Tome II de la Corse à travers le miroir, marquant ainsi le lien indéfectible à son île natale.

Biographie extraite de « La Corse à travers le miroir/A Corsica franchendu ù specchiu » La Marge Edition, 2002.

« …Le studio se résume à un carré magique réfléchissant l’image et entouré d’une rampe de lumière. Le sujet se dédouble dans l’éblouissement. Et la lumière, qui vient former un anneau dans la pupille, petite auréole sanctifiant l’instant devient la signature de ces mirror sessions, qui tiennent beaucoup des séances d’improvisation que s’accordent certains musiciens entre eux… »

(Extrait du texte MIROIR du MYTHE d’Anne-Marie MORICE)

« Antoine Giacomoni après MAN RAY pourrait prétendre au titre de photographe psychique, tant on a l’impression en contemplant ses clichés d’y lire l’âme de ses modèles… »

(Serge FERAY, extrait de « NICO in camera », Cahiers de nuit Editeur, 1999)