Sinè vaghjimu


Projection de films au cinéma l’ALBA, Corti

En partenariat avec la Cinémathèque de Corse Casa di Lume



Mardi 9 octobre à 18h00

LE HAVRE

Aki Kaurismäki

France. Fiction. 2011. 1h33 min. couleurs

Avec : André Wilms, Kati Outinen, Jean-Pierre Darroussin

Marcel Marx, ex-écrivain et bohème renommé, s’est exilé volontairement dans la ville portuaire du Havre où son métier honorable mais non rémunérateur de cireur de chaussures lui donne le sentiment d’être plus proche du peuple en le servant. Il a fait le deuil de son ambition littéraire et mène une vie satisfaisante dans le triangle constitué par le bistrot du coin, son travail et sa femme Arletty… Quand le destin met brusquement sur son chemin un enfant immigré originaire d’Afrique noire.

Fable poétique et humaniste sur les choix que l’on est amené à faire et ce qu’ils changent en nous.

Mardi 6 novembre à 18h00

A VARGUGNA

Marie-Jeanne TOMASI

France. Documentaire. 2014. 53 min. Couleurs

En présence de la réalisatrice et du poète Anghjulu Canarelli.

« Si nous débarquions dans le Niolu ou en Alta Rocca en 1850, pourrions-nous dialoguer en corse avec les habitants ?

Rien n’est moins sûr…

Au fil du temps, notre langue a évolué mais s’est appauvrie. Reléguée trop longtemps à un statut secondaire, jugée même inutile, la langue corse a été évincée au bénéfice du français. L’instruction publique a imposé la

langue de la République et banni les langues régionales. Durant presque un siècle, il était devenu honteux de parler corse. Aujourd’hui, il est enseigné de l’école à l’Université, mais n’est-il pas trop tard ? »

Marie Jeanne Tomasi filme Anghjulu Canarelli. Ecrivain, poète, homme de théâtre, il met en exergue dans sa pièce « A vargugna », par le biais d’un dialogue tardif avec un père défunt, les incompréhensions, les conflits, les peurs et le gouffre qui séparent deux mondes. Le texte poétique est dans une langue pure et riche venue d’un autre temps.

Documentaire attachant sur la blessure que constitue la perte de la langue de l’enfance et sur l’apaisement qu’apporte sa réappropriation…

Mardi 4 décembre à 17h00

VA, VIS ET DEVIENS !

Radu Mihaileanu

France. Fiction. 2005. 2h20 min. Couleur

Avec : Yael Abecassis, Roschdy Zem, Moshe Agazai…

En 1984, une vaste opération est menée pour sauver des milliers de juifs éthiopiens et les emmener en Israël. Une mère chrétienne pousse son fils à se déclarer juif pour le sauver de la famine et de la mort. Déclaré orphelin, il est adopté par une famille française vivant à Tel-Aviv. Il grandit avec la peur que l’on découvre son double secret : ni juif, ni orphelin, seulement noir.

Bien qu’entouré d’amour, jamais il n’oubliera sa vraie mère, restée dans un camp, et que secrètement et obstinément, il rêve de retrouver un jour…

Un film ample et lyrique à portée universelle : un hymne à l’amour maternel et à la tolérance.

Contacts / Informations :

Tél.: 04 95 45 26 04 / Courriel : damien.delgrossi@ct-corse.fr